Geste anti-gaspi pendant les fêtes

12 décembre 2016

anti-gaspi-photo-jp-cour

Le cabinet Viasourcing développe un guide anti-gaspi très utile en cette période de fêtes.

Le cabinet conseils en achats durables et gestion des déchets Viasourcing, situé à Thionville, a édité un guide gratuit téléchargeable destiné aux entreprises agro-alimentaires et de grande distribution. Ce guide a pour but d’aider les entreprises à trouver une structure qui récupère les denrées alimentaires. Ce cabinet a parmi ses clients le Parc Animalier de Sainte-Croix (Rhodes), la société Charcupac (Ars-sur-Moselle), des hypermarchés Leclerc, l’association d’entreprises luxembourgeoise IMS. « IMS Luxembourg » est une association d’entreprises œuvrant pour le développement des politiques de responsabilité sociale des entreprises au Luxembourg. Fondée par un groupe d’entreprises disposant déjà de politiques ou de projets d’engagement social développés, cette association vise à développer un réseau d’échange entre entreprises sur ces thèmes et est ouverte à toute entreprise luxembourgeoise. Mais ce cabinet conseil s’occupe également des syndicats intercommunaux de gestion des déchets.

Le Luxembourg en attente

Viasourcing fait partie d’un cluster de cabinets de conseil qui se positionne sur des appels d’offre ; il a ainsi collaboré en 2015 à une étude commandée par l’Europe sur la qualité du papier recyclé et participera à une étude sur les liens entre circuits courts et déchets. La dirigeante, Sandrine Grumberg, a recruté en 2016 une collaboratrice qui a travaillé sur l’élaboration du Guide des acteurs anti-gaspi de Moselle, destiné aux entreprises agro-alimentaires et de grande distribution. Ce guide a pour but d’aider les entreprises à trouver une structure qui récupère les denrées alimentaires. Il est téléchargeable sur : http://www.guideantigaspi.com/. Selon Sandrine Grumberg : <<Le gaspillage alimentaire a été estimé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) à 1,3 milliard de tonnes chaque année. Nous manquons de temps parfois pour rechercher les acteurs ou pour aller à la recherche de nouveaux gisements de dons. C’est pour y palier et amplifier les initiatives déjà prises par les entreprises, que nous avons conçu ce guide regroupant pour la première fois l’ensemble de tous les acteurs concernés sur notre territoire>>. Pour ce qui est du Grand-Duché, un travail de fond est encore à faire entre Viasoucing et les organisations, sociétés et administrations luxembourgeoises puisque les règles sanitaires y sont plus strictes qu’en France. Pour autant, Sandrine Grumberg est en contact avec le magasin Auchan du Kirchberg ainsi qu’avec le ministère luxembourgeois de l’agriculture pour ce qui est des déchets alimentaires. Sandrine Grumberg, au vu du succès de son guide gratuit en Lorraine, va déjà étendre celui-ci, dans un premier temps, au Grand Est.

Jean-Pierre COUR

Déchets évitables et non-évitables

En France, la définition retenue dans le cadre du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire est la suivante : « Toute nourriture destinée à la consommation humaine qui, à une étape de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée ». On confond encore beaucoup « gaspillage » et « déchets alimentaires ». Le terme « déchets alimentaires » comprend les déchets évitables (pain que l’on a laissé rassir, aliment oublié dans le fond du réfrigérateur, yaourts retirés des rayons car proches de leur date limite de consommation…) et ceux non évitables (os, épluchures de fruits et légumes, coquilles d’œuf…). Lutter contre le gaspillage alimentaire revient donc à limiter le plus possible les déchets évitables en gardant leur intégrité intacte. Ce faisant, les programmes de dons alimentaires prennent ici toute leur place.

Qu’est-ce que cela signifie ?

L’aide alimentaire est destinée à toute personne qui, pour une quelconque raison n’a pas les moyens financiers de subvenir à ses propres besoins. En général, c’est une aide sous forme de colis, de repas chaud ou d’autorisation d’accès à des épiceries sociales où les bénéficiaires peuvent faire leurs courses à prix réduits. Selon la loi, une convention de don doit être signée entre le donneur et le receveur afin notamment d’avoir une bonne traçabilité des denrées données. Ce guide favorise le don de proximité grâce à la classification géographique des associations. Cette action peut répondre également aux engagements au titre de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Le don en nature est un échange Win/Win ! En effet, cette démarche s’avère plus vertueuse car les entreprises bénéficient en France jusqu’à 60 % de réductions d’impôts dans la limite de cinq millièmes du chiffre d’affaires hors taxes de l’entreprise.

Jean-Pierre Cour

© photo d’illustration : J.P. Cour

Les commentaires sont fermés.