Embellie économique dans le Grand Est

24 avril 2017

Industrie photo JP Cour
Selon le CESER et les études de l’Insee, en ce début d’année 2017, l’emploi salarié marchand retrouve des couleurs dans le Grand Est. Cette embellie ne touche pas tous les secteurs, l’industrie et la construction restent marquées par les difficultés d’après-crise. Alors que le nombre de demandeurs d’emploi se replie, et notamment celui des jeunes, la situation des chômeurs de très longue durée et des seniors continue de se détériorer.

Si le nombre de créations d’entreprises baisse, c’est aussi le cas pour les défaillances. Les exportations quant à elles sont toujours en repli à la fin de cet automne. Dans le Grand Est, l’emploi salarié dans les secteurs principalement marchands augmente sensiblement de 0,6 % (soit 7 500 créations nettes) à l’automne 2016 après l’atonie des trimestres précédents. Il s’agit de la plus forte augmentation depuis le premier trimestre 2007. Cette progression est plus importante qu’au niveau national (+ 0,4 %) et que dans la plupart des régions, notamment dans les Hauts-de-France et en Bourgogne-Franche-Comté (respectivement + 0,5 % et + 0,3 %).

Disparité régionale

L’emploi s’accroît dans l’ensemble des départements de la région excepté les Vosges où il est stationnaire : la hausse atteint + 1,0 % en Moselle et + 0,8 % dans le Bas-Rhin et les Ardennes. La Meuse conserve un dynamisme des créations d’emplois mais plus faible qu’à l’été 2016 (+ 0,3 %). Ce trimestre, l’emploi intérimaire réalise un bel envol avec une hausse de + 9,2 % dans le Grand Est, soit 4 900 créations nettes. Il se développe davantage qu’en France métropolitaine (+ 7,0 %). L’ensemble des départements affichent une augmentation supérieure à 3 %. Les progressions les plus spectaculaires sont visibles dans les Ardennes, l’Aube et la Moselle (+ 14 %, + 13 % et + 12 %).

Dans l’industrie, l’emploi demeure en retrait avec une réduction de 0,3 % (soit 800 suppressions), plus importante qu’au niveau national (- 0,1 %). Les secteurs de la fabrication de matériel de transport et de la fabrication d’autres produits industriels contribuent le plus à cette baisse (- 1,2 % et – 0,2 %). À l’échelon départemental, la Meuse et l’Aube se portent bien (+ 0,6 % et + 0,3 %), mais l’emploi industriel diminue partout ailleurs. Les plus fortes dégradations sont enregistrées dans les Vosges et la Meurthe-et-Moselle (- 0,8 %).

Dans la construction, l’emploi chute encore ce trimestre (- 0,6 %, comme au trimestre précédent). Il s’agit de la baisse la plus importante des régions métropolitaines, la moyenne nationale se situant à – 0,2 %. Hormis le Haut-Rhin qui résiste (+ 0,3 %), l’ensemble des départements est en recul. Les contractions les plus notables ont lieu dans la Meuse, la Meurthe-et-Moselle et les Vosges (- 2,1 %, – 1,2 % et – 0,9 %).

Texte et photo JP COUR

Légende photo d’ouverture : « Si l’emploi repart dans le Grand Est, le secteur de l’industrie reste toujours à la traîne« .

Les commentaires sont fermés.